pixel_trans
pixel_trans
Mon panier
Aucun article
0

NOUS CONTACTER :
04 83 43 40 90

facebook instagram

Cicatrice appendicite



 

L’appendicite est une inflammation de l’appendice, le diverticule du côlon droit. Cette inflammation se produit en raison de l’obstruction de cet organe, notamment par les matières fécales. Cette pathologie est très fréquente chez les jeunes de moins de 20 ans et nécessite parfois une appendicectomie en urgence.

 

La cicatrice de l’appendicite

L’appendicectomie est une opération d’urgence. C’est aussi l’un des composants de la formation des chirurgiens et l’une des premières chirurgies pratiquées, car c’est l’une des opérations les plus simples lorsque le diagnostic est clair. La technique classique mise au point à la fin du XIXe siècle consistait à pratiquer une incision à la pointe de Mc Burney, proche de l’appendice dans la plupart des cas. Puis le chirurgien saisit, coupe et retire ce dernier par la même incision.

 

Pratiquée surtout sur les sujets jeunes, l’appendicectomie laisse une petite cicatrice sur le ventre. Loin d’être esthétique, il est tout à fait possible de traiter cette cicatrice et même parfois de la faire disparaître.

 

Selon la société française de chirurgie plastique reconstructrice et esthétique, il est quasi impossible de faire disparaître totalement une cicatrice même en faisant appel à la chirurgie. Si lors de l’incision ou de la blessure, seul l’épiderme est touché, la peau ne conserve donc aucune trace. Mais une fois le derme atteint, soit à cause d’une brûlure, d’une chute ou d’une opération chirurgicale, la situation est différente. Bien sûr, la peau est reconstruite. Cependant, un tissu endommagé ne reprendra jamais la même apparence. Ainsi, des précautions peuvent être prises pour rendre la cicatrice aussi discrète que possible.

 

Le processus de cicatrisation postopératoire

Qu’il s’agisse d’une blessure au genou ou d’une appendicectomie, le processus de cicatrisation reste le même. La cicatrisation est une démarche de réparation complexe, au cours de laquelle le corps doit arrêter de saigner. La partie concernée doit être protégée, guérie et il faut refermer convenablement la plaie. Le tissu lésé doit être reconstruit et redevenir aussi près que possible comme le tissu d’origine. Selon la profondeur de la plaie, on appelle lésions superficielles (épiderme) ou lésions profondes (derme et tissu sous-cutané). Dans les lésions profondes (derme et tissu sous-cutané), le processus de réparation est plus compliqué, car plusieurs couches de tissus sont endommagées. Cela conduit à la formation de tissu cicatriciel, dont les caractéristiques sont très similaires au tissu d’origine.

 

Elle se déroule en 4 étapes.

  • Phase de coagulation

  • Phase inflammatoire et de détersion

Cette étape permet d’éliminer les substances agressives et les débris cellulaires après le nettoyage des plaies.

 

Quel que soit le type de plaie, la cicatrisation débute toujours par l’apparition de phénomènes inflammatoires précoces : vasodilatation (liée à des rougeurs, érythèmes et de la fièvre) et augmentation de la perméabilité vasculaire. D’abord, un œdème tissulaire est observé immédiatement après le traumatisme. La coagulation est induite par l’activation de la thrombokinase libérée. Cela conduit à la formation de fibrine.

 

Après quelques minutes, l’exsudation commence, ce qui permet de prévenir l’infection et de nettoyer la plaie. Les plaquettes enfermées dans le caillot libèrent des facteurs de croissance au site de la lésion et attirent les cellules inflammatoires.

 

Ensuite, c’est au tour des monocytes et des macrophages d’intervenir. Ils coordonnent les différentes étapes de la réparation tissulaire en engloutissant les tissus nécrotiques, les corps étrangers et les bactéries et en stimulant la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins (néovascularisation), la croissance des fibroblastes et la prolifération des kératinocytes.

  • Phase de prolifération (ou période de bourgeonnement)

Le caillot devient une croûte. Les cellules épithéliales se rassemblent en dessous pour fermer la plaie.

 

Au fur et à mesure que les vaisseaux sanguins endommagés se régénèrent, les fibroblastes migrent le long des filaments de fibrine et commencent à synthétiser du tissu cicatriciel (composé de fibres de collagène et de glycoprotéines).

 

Le tissu remplissant la plaie à ce stade est appelé tissu de granulation.

 

Elle se caractérise par une croissance importante des cellules épithéliales sous la croûte, des fibroblastes déposant des fibres de collagène de manière désordonnée, et une régénération continue des vaisseaux sanguins.

  • Phase de maturation

C’est l’étape du remodelage cicatriciel, les bords sont contractés par les myofibroblastes, et les tissus fibreux de collagène sont placés au hasard.

 

La production de collagène est réduite (sinon des chéloïdes se forment), le nombre de fibroblastes diminue par la même occasion et les vaisseaux sanguins se régénèrent. La résistance sera renforcée. Une fois que l’épiderme retrouve son épaisseur normale, la croûte va tomber.

 

C’est l’étape la plus longue : il faut 6 à 24 mois pour que la cicatrice guérisse. Au début, la plaie s’est contractée sous l’influence des myofibroblastes. Ensuite, au fur et à mesure que l’eau s’épuise, les vaisseaux sanguins seront de moins en moins nombreux et le tissu de granulation deviendra plus fort. Mais il ne sera jamais aussi résistant que le tissu qu’il remplace et il existe un risque élevé de récidive pendant la période précédant sa guérison complète.

 

Selon la taille de la plaie et les soins qui lui sont prodigués, chacune de ces étapes peut prendre plus ou moins de temps à se développer. Cependant, le délai de cicatrisation peut prendre du temps selon l’âge de la personne (plus le patient est jeune, plus il guérit vite), la plaie elle-même (chirurgie ou accident), la rapidité du traitement et le système de fermeture de plaie (agrafes, fil, colle cutanée, rien…), les soins postopératoires apportés…

 

Le recours aux pansements de silicone ou injections de corticoïdes

Après une opération de l’appendicite, il est possible d’éviter une grosse cicatrice sur le bas du ventre avec la nouvelle technologie. Après l’opération, la cicatrice peut encore être trop fragile et creuse, ou devenir très extensible, voire trop grande, colorée, irrégulière, etc. Alors la solution réside dans l’opération, c’est-à-dire l’ouvrir et la refermer ensuite. À la place des sutures, on peut déjà recourir aux biocolles. Ce processus fait toujours l’objet de recherches et une équipe, réunissant des chercheurs du CNRS et de l’INSERM, vient de tester avec succès un gel de nanoparticules qui s’applique au pinceau. Cependant, pour les cicatrices dites chéloïdes-cicatrices rouges et enflées, la chirurgie doit être évitée sauf si elles sont très grandes. Pour l’appendicite donc, tout dépend de l’état de santé du patient ainsi que de l’évolution de la plaie.

 

Autres mesures recommandées : un pansement à base de silicone pour les cicatrices modérément gonflées ou des injections de corticostéroïdes pour lutter contre l’inflammation des tissus. Enfin, la cryothérapie est également possible. Elle permet de réduire considérablement la taille des cicatrices chéloïdes et de diminuer le risque de récidive. On peut également utiliser un laser à colorant pulsé.

 

Les soins postopératoires

Jusqu’à ce que le fil ou les agrafes soient retirés après environ une semaine, un soin tous les 2 à 3 jours s’impose. Pour ce faire : nettoyez la cicatrice avec du sérum physiologique et appliquez un pansement. Évitez de mouiller la plaie et le pansement. Une fois le fil ou les agrafes retirés, aucun pansement n’est nécessaire. Dans ce cas, la plaie est généralement fermée et la cicatrice aura une couleur rose. Par ailleurs, nous vous recommandons de masser les cicatrices régulièrement pour aider la peau à récupérer plus rapidement. Ce geste permet aussi de réduire l’apparence des cicatrices, améliorer l’élasticité de la peau, briser les adhérences des cicatrices et éviter l’apparition d’œdèmes. Lors du massage des cicatrices, vous pouvez utiliser des corps gras (comme la vaseline) ou des gels conçus à cet effet, comme Kelocote, un gel à base de silicone pour aider à réduire les cicatrices. Bien sûr, vous devez vous masser doucement et soigneusement, afin de ne pas vous faire mal.

 

Si vous voulez vous prélasser au soleil, la meilleure protection UV est de rester à l’ombre. N’oubliez pas que les nouvelles cellules de la peau ne peuvent pas résister aux rayons ultraviolets (mélanine), mais cela dépend du type, de l’emplacement et de la taille de la cicatrice. Il faut donc limiter au maximum l’exposition de la cicatrice au soleil. Cependant, si vous souhaitez exposer cette partie de votre corps, veuillez utiliser un écran solaire avec un indice de protection solaire de SPF (facteur de protection solaire) 50+ pour une couverture efficace.

 

Traitements pour estomper les cicatrices de l’appendicite

Les crèmes médicinales à base d’huiles, de vitamines ou d’acide hyaluronique (comme Bi-Oil, Avène, La Roche Posay, etc.) peuvent également aider à réduire les cicatrices. Les oligoéléments tels que le zinc et le cuivre contenus dans sa composition stimulent le renouvellement cellulaire. Utilisés deux fois par jour pendant plusieurs semaines, ces produits peuvent considérablement améliorer l’apparence des cicatrices. En termes de prix, il faut compter en moyenne 10-15 euros pour obtenir une crème de bonne qualité.

 

 Le laser permet également de réduire la taille de la cicatrice, mais il ne la fait pas disparaître. Selon la taille de cette dernière, il peut la lisser en meulant la peau. Si la cicatrice est normale, 1 ou 2 opérations suffisent.

 

Si des cicatrices chéloïdes apparaissent, des corticostéroïdes sont généralement injectés. Le laser peut aussi être une méthode alternative, mais il faut faire attention à ne pas y recourir trop tôt, car les cicatrices chéloïdes sont tenaces et peuvent récidiver.

 

Le traitement par radiofréquence aide à stimuler les fibroblastes sur la cicatrice et à construire un tissu épidermique de meilleure qualité.

 

La chirurgie peut aussi être une solution : le chirurgien incise la première cicatrice pour la rendre plus fine.

 

Sur quels types de cicatrice peut-on appliquer du gel de silicone ?

Cicacote gel de silicone peut être utilisé sur toutes les cicatrices (chéloïdes, atrophiques, hypertrophiques) à la suite d'une blessure, d'une intervention chirurgicale, d’une césarienne, de boutons d’acné, d’une blessure ou d’une brûlure. Il peut être utilisé sur une ancienne cicatrice, bien qu’il soit plus efficace sur une cicatrice qui date d’un ou deux ans, maximum.

 

Abdominoplastie cicatrice
Abdominoplastie cicatrice
Aussi connue sous l’appellation de lipectomie abdominale, l’abdominoplastie est une intervention chirurgicale esthétique ou réparatrice qui s’effectue sur une partie de l’abdomen. Après une abdominoplastie, il peut y a voir une ou plusieurs cicatrices, qui évoluent favorablement avec du temps et des soins adaptés. LIRE +
Cicatrice bouton
Cicatrice bouton
En général, l’acné disparaît sans laisser de traces au bout de quelques jours, après avoir fait apparaître des points rouges ou bruns sur la peau. Cependant, la grande majorité des gens, notamment les personnes qui souffrent d’acné modérée à sévère, savent que les boutons d’acné peuvent laisser des marques plus visibles. LIRE +
Cicatrice thyroide
Cicatrice thyroide
Cette opération laisse une cicatrice qui est parfois inesthétique et dérangeante. Toutefois, celle-ci peut être atténuée ou effacée en utilisant certains dispositifs médicaux, comme le gel de silicone CicaCote. LIRE +
cicatrice brulure
Cicatrice brulure
Les cicatrices sont des traces visibles sur la peau. Généralement, elles sont la conséquence d’une blessure, d’un accident ou d’une brûlure. La plupart du temps, les opérations laissent une cicatrice sur la peau, mais dans certains cas il ne reste qu’une très fine ligne à peine visible. Par contre certaines cicatrices sont étendues et gênantes et se manifestent souvent par des sensations de tiraillement ou des démangeaisons. LIRE +
Cicatrice césarienne
Cicatrice césarienne
Une cicatrice est une forme de trace suite à une intervention chirurgicale, notamment après une éventuelle incision externe et/ou interne. Chez la femme, la cicatrice est parfois liée à une césarienne. Avec les avancées de la science et de la médecine, la cicatrice peut tout à fait être effacée avec un certain nombre de méthodes et de substituts médicamenteux comme le gel de traitement pour cicatrices CicaCote. LIRE +
Cicatrice appendicite
Cicatrice appendicite
L’appendicite est une inflammation de l’appendice, le diverticule du côlon droit. Cette inflammation se produit en raison de l’obstruction de cet organe, notamment par les matières fécales. Cette pathologie est très fréquente chez les jeunes de moins de 20 ans et nécessite parfois une appendicectomie en urgence. LIRE +
Cicatrice acné
Cicatrice acné
Considéré comme un des signes de la puberté, l’acné peut faire apparaître quelques traces disgracieuses sur le visage. Elle laisse souvent des cicatrices bien visibles sur la peau chez les hommes et les femmes ayant souffert de ce trouble cutané durant l’adolescence. Inesthétiques, ces lésions sont une source de complexe chez certaines personnes. LIRE +
Cicatrice réduction mammaire
Cicatrice réduction mammaire
Alors que la plupart des femmes optent pour une opération visant à augmenter la taille de leurs poitrines, d’autres se tournent vers la réduction mammaire pour avoir la silhouette de leurs rêves. L’objectif n’est pas toujours la simple modification de la silhouette. Certaines femmes se font opérer la poitrine pour des raisons de santé. LIRE +
Cicatrice visage
Cicatrice visage
Le visage est la partie la plus exposée du corps. De ce fait, il est plus sensible aux agressions extérieures et aux bactéries. Il n’est donc pas rare qu’il soit lésé, laissant parfois des cicatrices inesthétiques. LIRE +